B-25 ≠> WW2

par Franck dans Air du temps, Confrères et cons frères, La minute geek | Commenter

La presse est unanime : un bombardier B-25 de la Seconde guerre mondiale s’est écrasé.

Bon, d’abord, il s’est pas écrasé, il a fait un atterrissage d’urgence. Les anglophones ont une expression assez limpide : « crash-landing », qui sous-entend à la fois l’atterrissage maîtrisé et la notion de catastrophe potentielle, mais en français, on l’a pas ; on a au mieux « posé sur le ventre », mais même si c’est probable je ne puis jurer que ce soit le cas (il a pu se poser sur les roues, puis voir son train s’effacer dans la terre meuble du champ).

Évitons donc d’utiliser « écraser », qui suppose la destruction totale de l’appareil et de ses éventuels passagers : d’après les rares photos, F-AZZU semble s’être posé en relative douceur ; fuselage, ailes et empennages sont toujours là et l’équipage est heureusement sorti indemne.

Ensuite, F-AZZU a été construit en août 45 et est sorti des chaînes après la fin de la Seconde guerre mondiale (capitulation du Japon le 15 août). Il a d’ailleurs été immédiatement stocké et ne fut effectivement livré qu’à la fin de l’année, converti en avion-école (source). Il ne s’en faut que de quelques jours, mais ce bombardier ne date donc pas de la Seconde guerre mondiale, à laquelle il n’a pas participé.

Vous me direz : « on s’en fout ». Certes. Mais la beauté du métier de journaliste est de se renseigner avant d’écrire des choses dont tout le monde se fout.

A propos de Franck

Si quelqu'un fait un film qui raconte l'histoire d'un photographe qui fait du trafic de chocolat en Bellanca Super Viking, ce sera moi.

Répondre